Catégories
Actualités

Option Finance : Coup d’accélérateur sur les flottes de vélos

Depuis un an, la flotte de vélo est en pleine expansion. De plus en plus d’entreprises ont recourt à cette démarche plus responsable. Cette mobilité est éligible à plusieurs avantages fiscaux qui permettent aux entreprises de limiter leurs coûts. 

Option Finance met en valeur TIM Sports et la flotte de vélos dans son dernier article. 

 

 Nous avons eu nos premiers clients lors des grèves de transports à l’hiver 2019, mais depuis la fin du premier confinement, nous observons un réel essor de la demande des entreprises pour les déplacements professionnels à vélo de leurs salariés”. Jérôme Blanc, TIM Sports

 

Retrouvez les témoignages de nos clients juste ici :

« Lors du premier confinement, nous nous sommes interrogés sur les moyens qui existaient pour mobiliser nos équipes, pour leur faire plaisir. Nous sommes entrés en contact avec TIM Sports et avons choisi de proposer un vélo électrique de fonction à nos 130 collaborateurs.
Le coût moyen à la charge du groupe est d'environ 60 euros par vélo et par mois – conformément aux recommandations de l'Urssaf, 70 % des frais sont à la charge de l'entreprise et 30 % pour le salarié –, un coût relativement faible d'autant que nous pouvons déduire 25 % de ce montant de notre IS. Nous avons été positivement surpris par l'enthousiasme de nos collaborateurs, 25 d'entre eux (sur 130) ont déjà choisi de s'équiper d'un vélo. »
Bertrand Merveille
Directeur général délégué en charge du retail de La Financière de l'Echiquier.
« Nous avons toujours souhaité inclure plus de sport dans le quotidien de nos collaborateurs, dont le métier est très sédentaire. Mettre en place de la location de vélos s'inscrivait parfaitement dans cette démarche. De plus, il s'agit d'une alternative à la voiture de fonction, que nous ne pouvons proposer à l'ensemble de nos collaborateurs. »
Tiphaine Duhamel
DRH de DLPK

Partagez l’article sur les réseaux

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Catégories
Actualités

Euronews : fini le métro, les Parisiens veulent un vélo de fonction

Découvrez les avantages du vélo de fonction et ses bienfaits sur vos salariés grâce au reportage de Euronews
Le développement des pistes cyclables est en plein essor dans la capitale, profitez en pour équiper vos salariés et pour circuler en toute sérénité.

Partagez l’article sur les réseaux

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Catégories
Actualités

Les echos : La mobilité ouvre un boulevard aux nouveaux entrepreneurs

A deux roues ou à une seule, électriques ou non, les engins roulants envahissent les villes. Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreuses villes ont constaté des changements d’habitudes dans les déplacements quotidiens, notamment une explosion des trajets à vélo.

 

La fréquentation des pistes cyclables au cours des huit premiers mois de l’année 2020 a bondi de 29 % en France par rapport à la même période de 2019, selon les chiffres publiés en septembre 2020 par l’association de collectivités Vélo et territoires, en lien avec le ministère de la transition écologique et solidaire. La progression du début d’année 2020 s’est accentuée à partir de septembre aussi bien en zone rurale que périurbaine (entre 16 et 17 %), et s’est révélée spectaculaire dans les villes.

 

A Paris, le nombre de passages enregistrés sur les pistes cyclables a grimpé de 65 % entre mai et septembre 2020 par rapport à 2019. L’augmentation est de 26 % dans la métropole de Lille, de 25 % à Lyon et de 24 % à Dunkerque. Une mutation qui ouvre de belles opportunités dont s’emparent les entrepreneurs.

TIM démocratise le vélo de fonction

La société Tim Mobilité, cofondée par Jérôme Blanc et Alain Atlani en octobre 2019, propose la mise en place de vélo de fonction dans les entreprises . Pour un prix global (maintenance, assurance, casque, assistance rapatriement, gilet de sécurité et cadenas) compris entre 30 et 50 euros pour un vélo non électrique, et entre 50 et 150 euros pour un deux roues électrique, l’employeur prenant en charge 70 % du prix de la location. Le reste est prélevé sur la fiche de paie du collaborateur.

 

Cette offre écolo rencontre un succès grandissant. Depuis le second semestre 2020, la société enregistre une explosion des demandes. « Nous sommes passés de deux contrats fin 2019 à 37 entreprises clientes fin 2020, majoritairement situées en Ile-de-France. La qualité de vie au travail devient stratégique pour les entreprises. La mise à disposition d’un vélo de fonction, que le salarié peut utiliser pour ses déplacements professionnels et personnels, reste une solution très attractive pour les jeunes notamment, qui n’ont pas forcément de permis de conduire. Cela permet aussi aux sociétés d’améliorer leur bilan carbone », explique Jérôme Blanc, cycliste dans l’âme, qui cherche à recruter d’ici la fin de l’année quatre commerciaux pour renforcer son implantation géographique en régions.

La mobilité douce et partagée est un vivier d'opportunités pour créer son entreprise. – iStock
Catégories
Actualités

BFM Business : TIM Sports propose des locations longue durée de flotte de vélos et de vélos de fonction

BFM Business accueille TIM Sports afin de présenter les différentes offres : le vélo de fonction et la flotte de vélos partagés. 

TIM Sports est en pleine expansion, nous étendons nos offres partout en France et recrutons de nouveaux membres dans la TIM !

Regardez l’intégralité de notre apparition sur BFM Business en cliquant ici.

Partagez l’article sur les réseaux

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Catégories
Actualités

Les echos : Le vélo de fonction, le nouveau dada des start-up de la petite reine

En 2020, le vélo s’est imposé comme un moyen de transport crédible et, ce, jusque dans les entreprises. Inspirées de ce qui se passe en Allemagne, plusieurs start-up de leasing de vélos se sont lancées à l’assaut de ce marché florissant. Tour d’horizon.

Exit la voiture de fonction, bonjour le vélo de fonction. Depuis la vague de grève des transports en Île-de-France il y a deux ans, couplée à la crise sanitaire actuelle, la petite reine est de retour sur les chapeaux de roues partout en France – et même au bureau.
Aujourd’hui, un Français sur cinq vivant dans une grande ville (plus de 100.000 habitants) pédale pour son trajet domicile-travail, selon l’étude « La Pratique du vélo en milieu urbain », réalisée par l’Union sport et cycle sur un échantillon représentatif de 2.437 Français, publiée en 2019. Si certains de ces « vélotafeurs » (ceux et celles qui viennent au taf à vélo) ont acheté leur propre vélo, d’autres peuvent être freiné par le prix de certains modèles, notamment les vélos à assistance électrique (VAE) dont la valeur unitaire est estimée en moyenne entre 1.500 et 2.000 euros selon l’UFC-Que choisir. Alors pourquoi ne pas le louer ? Ou mieux : le faire loyer par son employeur ? Portées par des start-up telles que Zenride, Tim Sports, Tandem, Bee.cycle ou encore Azfalte, de nouvelles offres de location de vélos à destination des entreprises fleurissent pour inciter les salariés à se mettre au « vélotaf ».

 

15 à 30 euros par mois pour le salarié

Toutes proposent une gamme complète – VAE, vélos cargo, pliants, « smart » ou encore simplement mécaniques-dont les prix vont jusqu’à plusieurs milliers d’euros. L’immense majorité des demandes enregistrées concernent des prêts de VAE, d’après les jeunes pousses interviewées. Elles assurent aussi l’équipement annexe (casque, antivol, etc.), l’assurance, le dépannage, la réparation en cas de casse mais aussi l’accompagnement pour mettre en selle » le salarié (tutoriel de prise en main, cours en e-learning, bonnes pratiques). Résultat : le vélo est servi sur un plateau.

L’entreprise n’a rien à faire non plus-voire tout à y gagner. Ce marché prometteur surfe sur la réduction d’impôts sur les sociétés à la condition de « la mise à disposition d’une flotte de vélos », entrée en vigueur au début 2019. Autrement dit, une entreprise qui permet à ses employés de faire du vélo bénéficie d’une réduction d’impôt de 25 % des frais engagés pour l’achat, la location ou l’entretien de la flotte. Même si le loyer est payé à 30 % par l’utilisateur et 70 % par son employeur, il est peu onéreux. Par exemple pour un VAE d’une valeur de 2.500 euros, le coût pour l’entreprise est d’environ 70 euros par mois et par salarié quand le salarié paie entre 15 à 30 euros mensuels. L’idée est de répliquer le système de partage d’abonnement au Pass Navigo de la RATP, en Ile-de-France que les employeurs paient à 50 %, soit un peu moins de 40 euros par mois.
Celui-ci pourra au terme des 12, 24, 36 ou 48 mois de location longue durée garder son vélo, en l’achetant pour en moyenne 20 à 25 % de son prix initial. Un modèle économique calqué sur celui du leasing automobile. Leur marge opérationnelle est principalement réalisée sur le loyer du vélo pendant la durée du contrat, puis éventuellement au moment de la revente d’occasion à la fin dudit contrat.
«Chaque salarié choisit son préféré dans les rayons » « On vient de signer notre 100e client ! », se targue Antoine Repussard, cofondateur de Zenride lancé en 2018 qui dit avoir signé 30 contrats en trois mois. Pionnière sur le marché, la start-up a convaincu des grands comptes comme Microsoft, Saint-Gobain, la Française des jeux ou encore Natixis. En moyenne, les flottes louées chez Zenride sont composées de 150 vélos. Chaque salarié choisit son préféré dans les rayons des 70 magasins partenaires dans toute la France selon l’enveloppe définie par son employeur », explique l’entrepreneur. En général, elle est aux alentours de 2.500 euros. Son concurrent Tim Sports, né en 2019 a choisi de tout centraliser sur le site des sociétés : la livraison, la réparation, le SAV. Un gage de la productivité » des salariés selon Alain Atlani, cofondateur de la jeune pousse qui sait « marketer ses produits. A l’occasion de la remise des vélos, un « petit cérémonial » est organisé dans les bureaux. « Les gens ciment cette remise en main propre », assure l’entrepreneur.

Contrairement à la start-up précédente dont l’activité s’organise en réseau, Tim Sports s’appuie sur des partenariats négociés directement avec les constructeurs de vélos en majorité français », précise Alain Atlani. Les contrats avec les sociétés loueuses s’étalent entre sur un à quatre ans. A la fin du contrat, si les salariés ne veulent pas le racheter, les vélos sont donnés à des associations, et remplacés par de plus récents.

Présente depuis plus de deux ans sur le marché, Bee.cycle est calquée sur le même modèle tourné évènementiel et industrie du vélo. A la différence près que la start-up bordelaise a ouvert son offre aux auto-entrepreneurs. « Il suffit donc d’être au moins un dans son entreprise pour pouvoir louer un de nos vélos », explique Edouard-Paul Rokvam, responsable du développement de Bee.Cycle. Au total, la jeune pousse dit avoir livré plus de 300 vélos à 60 clients, dont le groupe immobilier Pichet ou encore le cabinet de consulting Bureau Veritas. En cas de pépin, ils font appel à un réseau d’ateliers de réparation locaux.

Un marché qui attire
Mais comparé à nos voisins européens, le retard demeure important. En Allemagne, le nombre de vélos de fonction serait compris entre 800.000 et un million de vélos de fonction. Plus largement, la part modale du vélo dans son ensemble en France reste trois fois inférieure à celle de son voisin allemand. Et ce bien que la fréquentation des pistes cyclables ait bondi de 27 % cette année dans l’Hexagone, selon Vélos & Territoires. Sans parler du manque d’infrastructures généralisé : pistes cyclables, signalisations, parkings, etc.

Par Marion Simon-Rainaud, Les Echos

Catégories
Actualités

CGTN : Les “vélos de fonction” en plein essor à Paris

Découvrez le parcours client de nos TIM Riders. Vous ne savez pas encore quel vélo choisir ? Prenez rendez-vous et venez tester nos vélos dans notre showroom.   

Partagez l’article sur les réseaux

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Catégories
Actualités Blog L'actu de la Tim L'actu de la TIM

Remise de vélos de fonction chez 3AO Patrimoine

La TIM est fière de partager en vidéo la remise de ses vélos pour les employés de 3AO Patrimoine. Avec le vélo de fonction, les trajets domicile-travail sont beaucoup plus agréable. Merci à ZoomInvest pour cette superbe vidéo !

Catégories
Actualités

JDN : “Poussé par la loi mobilités, le marché français du vélo de fonction se développe”

La voiture de fonction est-elle en passe de devenir un avantage en nature désuet ? Pour certains salariés, il est en tout cas de moins en moins attrayant, parce que les trajets bouchonnés en ville sont une perte de temps, ou pour des raisons écologiques. Si la voiture de fonction demeure indispensable pour certaines missions ou certaines géographies, des start-up créées entre 2018 et 2020 comme Tim Sports, Zenride ou Azfalte parient qu’elles pourront convaincre des entreprises de passer plutôt au vélo de fonction. Un nouveau marché est donc en train de naître en France, aidé par une niche fiscale de la loi mobilités. Ce texte voté fin 2019 offre en effet aux entreprises une réduction d’impôt sur les sociétés équivalente à 25% de toutes leurs dépenses en lien avec les vélos de fonction.

 

Les start-up proposent aux entreprises de financer une partie d’une location longue durée ou d’un contrat de leasing de vélos électriques ou mécaniques pour certains salariés. Ils pourront être utilisés pour des trajets domicile-travail, mais aussi sur le temps libre des salariés. Les vélos sont assurés contre la casse et le vol et leur entretien est pris en charge.

Entre 30 et 50 euros mensuels par salarié

Les locations durent la plupart du temps au moins 36 mois, soit la durée minimale pour bénéficier de la réduction d’impôts prévue par la loi mobilités. Au-delà de ce délai, le sort du vélo varie selon les acteurs. Tim Sports l’offre à une association choisie par l’entreprise cliente. Le modèle économique des start-up du secteur consiste à prendre une marge sur la location du vélo par rapport à son prix d’achat chez le constructeur, et éventuellement à nouveau à la fin de la location en le revendant à l’entreprise, au salarié ou à un tiers.

 

Ce marché n’en est qu’à ses balbutiements, les start-up du secteur n’ayant au mieux que quelques centaines de vélos loués par leurs clients. Au total, le cofondateur de Tim Sports Jérôme Blanc estime que 10 000 vélos de fonctions sont loués en France aujourd’hui. “C’est microscopique, alors qu’il s’agit d’un marché de 2 millions de vélos en Allemagne”.

Lire l’article entièrement en cliquant ici.

Partagez l’article sur les réseaux

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Catégories
Actualités

Challenges : “Mobilité: et si vous passiez au vélo de fonction ?”

Tim Sports (né en 2019), s’appuie sur des partenariats avec les constructeurs directement. La start-up loue les modèles de vélos sélectionnés aux entreprises, via des contrats de un à quatre ans. Pour un prix global (vélo, maintenance, assurance, casque et cadenas) compris entre 35 et 150 euros par vélo, l’employeur peut donc proposer un vélo de fonction à ses salariés. Il prend en charge 70% du prix de la location, le reste étant prélevé directement sur la fiche de paie du collaborateur. A la fin du contrat, les vélos sont donnés à des associations, et remplacés par de plus récents par Tim Sports. “Les vélos électriques évoluent très vite, nous fournissons toujours des vélos récents, sans mettre au rebut les anciens”, détaille Jérôme Blanc, co-fondateur de la jeune pousse.

Qualité de vie au travail

 

Un modèle “tout bénef” pour Emilie Deslogis, analyste à la Financière de l’échiquier. “Après le premier confinement je n’étais pas à l’aise avec l’idée de reprendre les transports en commun, je n’avais jamais fait de vélo à Paris, mais je me suis mise à utiliser les Vélib”. Quand son employeur lui a proposé de bénéficier d’un vélo de fonction Tim Sports, plus fiable que les vélos en libre service, elle n’a donc pas hésité longtemps: “Pour 17 euros par mois j’ai un beau vélo électrique, qui me permet d’aller au travail en 35 minutes, autant qu’en transports en commun, et c’est beaucoup plus agréable de longer les quais de Seine que de prendre le métro. En faisant un peu de sport, j’ai vraiment l’impression d’être plus productive pendant ma journée.” Avec ce système, cette Parisienne bénéficie donc d’un vélo à assistance électrique pour 612 euros sur trois ans, (la durée du contrat de son entreprise), alors que le prix d’achat moyen d’un tel vélo se situe entre 1.500 et 2.000 euros selon l’UFC Que Choisir.

 

Pour l’employeur d’Emilie Des Logis aussi l’expérience est positive. “Nous avons 25 collaborateurs équipés de vélos de fonction, sur environ 120 salariés”, témoigne Bertrand Merveille, directeur général délégué de la Financière de l’échiquier, et lui-même “vélotafeur” de longue date. Depuis le déconfinement du printemps 2020, l’entreprise a choisi d’offrir ce service à tous ses salariés en CDI. Un investissement de quelques milliers d’euros, associé à un crédit d’impôt “non négligeable” (depuis janvier 2019 la location de vélos ouvre le droit à un crédit d’impôt de 25% pour les entreprises ), qui permet à la Financière de l’échiquier de proposer un service “satisfaisant pour tous”, améliorant la qualité de vie au travail, et sa marque employeur par la même occasion. 

 

Le garage de l’entreprise a tout de même dû subir quelques ajustements. “Nous avons fait installer des rails pour les vélos, mais aussi des prises et des chargeurs, et même un équipement pour regonfler les pneus”. C’est aussi là que le prestataire de Tim Sports, Repair and Run, réalise la maintenance des vélos deux fois par an, directement sur le lieu de travail “pour préserver la productivité”. 

Santé et fiscalité

 

Quant au risque d’accident, si Bertrand Merveille y a pensé avant la mise en place de la location, il dit avoir été vite rassuré par l’assurance, la maintenance et les équipements de sécurité fournis dans le package de Tim Sports: casque et gilet orange. 

 

Enfin, contrairement à la voiture de fonction, le vélo de fonction n’est pas considéré comme un avantage en nature, puisque l’employé paye un pourcentage supposé couvrir son usage personnel, et n’est donc soumis à aucune charge. En outre, alors que la voiture est généralement réservée aux cadres, pas de discrimination pour le vélo, le service est généralement offert à tous, des standardistes aux dirigeants.

 

Lire l’article entièrement en cliquant ici

Partagez l’article sur les réseaux

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Catégories
Actualités

Détours: “TIM Sports, la startup qui veut imposer le vélo de fonction dans les entreprises”

Retrouvez l’article de Détours sur le vélo de fonction dans les entreprises en cliquant juste ici.

Apprenez un peu plus sur notre service TIM Mobilité.

 

 

 

Partagez l’article sur les réseaux

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email