Catégories
TIM Mobilité

Vélorution : les chiffres clés

La vélorution, cela vous parle ? Contraction de révolution et de vélo, c’est un terme qui est apparu dans les années 70. Mettant en avant un mode de déplacement écologique et moins stressant que les transports en commun habituels, cet art de vivre est un mouvement désormais international. Voici en quelques chiffres les repères de cette révolution tranquille.

0 émission de CO2

Quel que soit le trajet, quelle que soit la distance, quel que soit le vélo, c’est la quantité de CO2 qu’un cycliste émet. Une belle alternative aux moyens de transports polluants et encombrants

30 villes proposent des vélos en libre-service

Et ce sont généralement les villes dans lesquelles le nombre de déplacements travail / domicile est le plus important. Ainsi, en tête du classement figurent Paris, Grenoble, Strasbourg ou encore Lille et Lyon.

10 % de vélos électriques

1 vélo sur 10 vendu en France est un vélo électrique. En 2008, le nombre de vélos électriques vendu en France était à peine de 15 000. Un peu plus de 10 ans plus tard, en 2019, ils sont presque 390 000. Un changement des modes de consommation et de déplacement, certes. Mais aussi des évolutions technologiques et de disponibilités qui rendent ce moyen de transport à la fois attractif et abordable.

1972, première manifestation de masse à vélo

Elle est organisée le 22 avril à Paris. C’est l’association Les Amis de la Terre qui l’a mise en œuvre, afin de protester contre un projet d’autoroute qui était supposé traverser la capitale.

1974, apparition du mot Vélorution

Même si l’origine de l’expression est sujette à controverse, elle est le plus souvent attribuée à Aguigui Mouna. Ce dernier, à la fois pacifiste, libertaire, écologiste et philosophe avait fait une non-campagne pour l’élection présidentielle de 1974. Tout en sillonnant la ville de Paris et sa région afin d’y développer ses idées en bicyclette, il avait pour habitude de dire : Je suis un cyclodidacte, la vélorution est en marche.

17 000 kilomètres de pistes cyclables en France

Un nombre en constante augmentation. Et ce n’est que la partie immergée de l’iceberg ! En effet, à ces pistes, il faut ajouter les bandes cyclables, les voies vertes, les doubles sens cyclables, ainsi que les voies de bus partagées. Au total, ce sont donc presque 50 000 kilomètres de voies qui sont ouvertes ou aménagées pour les cyclistes en France.

1 000 000 de vélos électriques

C’est le nombre de machines qui devraient être vendues chaque année en France d’ici à 2024. Un chiffre qui n’a rien de surprenant, tant le mouvement semble épouser une forme d’évolution culturelle logique.