Catégories
La Tim dans les medias

Le JT de 20h de TF1 pour TIM Mobilité

Retrouver le reportage “Vélo : Roi du déconfinement” lors du journal télévisé de TF1 présenté par Gilles Bouleau qui explique l’engouement pour le vélo de fonction mis en place dans les sociétés pour aider les salariés à revenir en sécurité sur leur lieu de travail.

TIM Mobilité / 20h TF1

Après le déconfinement, les sociétés cherchent une alternative aux transports en commun pour protéger leurs salariés.

TIM Sports a effectué la livraison de vélos de fonction pour les salariés de la société Dubbing Brothers, leader mondial du doublage de films. TF1 a suivi Alain Atlani, Directeur Général de TIM Sports, qui a effectué le livraison sur site.

Le festival de Cannes n’a pas eu lieu cette année mais la Palme d’Or du déconfinement est attribué à l’unanimité au Vélo! Dans la catégorie Meilleur acteur le gagnant est le vélo de fonction.

Les salariés vont profiter d’un nouveau mode de transport pour rejoindre les bureaux de la société situés à La Plaine Saint-Denis (93). Le vélo de fonction est dédié à chaque salarié tout le temps de la location (36 mois), ils pourront l’utiliser pour leurs déplacements professionnels et personnels. Avec la livraison du vélo sur site, TIM a mis à disposition des salariés des équipements de sécurité pour les protéger en cas de risque d’accident ou de vol. Un casque connecté Cosmo Connected a été remis accompagné d’un cadenas et d’une assurance contre le vol et la casse (7j/7 et 24h/24 ainsi qu’une assistance rapatriement). Pour s’assurer de la fiabilité des vélos, TIM travaille avec des sociétés qui assemblent leurs vélos en France. Pour garantir un usage toujours optimal des vélos, TIM effectuera par l’intermédiaire d’un prestataire certifié les entretiens sur le lieu de travail des vélos de fonctions. Enfin, une sensibilisation au code de la route et à la signalisation routière spécifique aux vélos a été réalisée pour l’ensemble des nouveaux “vélotafeurs”

Grâce au vélo à assistance électrique, les salariés de Dubbing arriveront toujours sec sur eux et devraient même gagner du temps sur leur trajet domicile-travail par rapport aux transports en commun. De plus, le vélo de fonction offre une véritable distanciation sociale et permet aux salariés de venir en toute sécurité au travail.

Dubbing Brothers avec ce nouveau service mis à disposition de ces employés améliore leur Qualité de Vie au Travail.

Pour finir les récompenses, le Prix Spécial du Jury est attribué au Service TIM Mobilité de TIM Sports!

Catégories
La Tim dans les medias

BFM BUSINESS : “TIM Sports invente le vélo de fonction”

La chaîne télévision BFM Business dans son émission “La France qui résiste” présente le service de TIM Mobilité qui met à disposition des vélos de fonctions aux salariés des entreprises.

Pour visionner le reportage vous pouvez cliquer sur l’image ci- dessous:

La société de gestion, Athymis Gestion, a décidé de mettre à disposition de ses salariés des vélos de fonction. Le vélo en entreprise est une excellente alternative aux transports en commun dans cette période post-confinement.

L’offre TIM Mobilité propose une location de vélo entre 12 et 48 mois accompagnée de nombreux services. Chaque vélo est remis au salariés avec un casque, un cadenas et une assurance contre le vol et la casse 24h/24 et 7j/7 et également une assistance rapatriement. La sécurité du salarié est au cœur du service offert par TIM Sports. C’est pour cette raison qu’en plus nous effectuons un entretien régulier des vélos et que nous sensibilisons les salariés au code de la route.

Afin de préserver la productivité des salariés, la livraison des vélos et l’entretien sont directement réalisés sur leur lieu de travail.

Dans le cadre du vélo de fonction, l’entreprise prend à sa charge 70% des loyers et les 30% restants sont à la charge du salarié. Cela permet au salarié de pouvoir utiliser le vélo aussi bien pour ses trajets professionnels que personnels. Si l’entreprise s’engage sur 36 mois cela lui permet de bénéficier d’un crédit d’impôt de 25% sur les loyers que cette dernière paye.

Par exemple, pour un loyer de 50€TTC/mois sur 36 mois pour un vélo de fonction, le salarié paye 15€TTC/mois et l’entreprise un peu plus de 26€/mois après avantage fiscale.

A la fin de la location, les vélos sont retournés à TIM Sports qui s’engage à les offrir à une association caritative choisie par l’entreprise.

Catégories
La Tim dans les medias

Replay Webinar Ekodev : ça roule pour le vélo de fonction !

POURQUOI LE VÉLO DE FONCTION SE DÉMOCRATISE-T-IL AUJOURD’HUI DANS LES ENTREPRISES ?

 

Revivez le webinar Ekodev sur la démocratisation du vélo de fonction dans les entreprises ! Avec la participation de différents acteurs de la mobilité, découvrez sur notre chaîne Youtube le résumé des interventions de Jérôme Blanc, cofondateur de TIM Sports.

 

Visualisez le webinar en cliquant ici.

 

Depuis la crise sanitaire, l’engouement des entreprises pour ce mode de déplacement ne cesse de s’intensifier, si bien que les opérateurs du secteur sont submergés de demandes. Avantages fiscaux, réduction des émissions de gaz à effet de serre, baisse de l’absentéisme, augmentation du bien-être et de la productivité des salariés… sont autant d’avantages à la mise en œuvre de cette solution durable, peu coûteuse et respectueuse de l’environnement.  

 

Le vélo de fonction est-il destiné à l’ensemble des salariés ? Qui est responsable de la maintenance des vélos ? Le vélo de fonction est-il considéré comme un avantage en nature ? Comment la qualité de vie au travail peut-elle être améliorée par le vélo de fonction ? Quelles sont les étapes à suivre pour déployer cette solution au sein de mon entreprise ?

Catégories
La Tim dans les medias

Tim Sports et la vélorution dans le magazine Courrier Cadres

Dans un contexte de révolution des trajets “domicile – travail”, le magazine Courrier Cadres met en lumière le service Tim Mobilité qui vient accompagner les entreprises dans la mise en place du FMD (forfait de mobilité durable), flottes de vélo et vélos de fonction.

Lancée en mai dernier, cette aide versée par l’employeur à ses salariés vise à encourager les trajets “domicile-travail” plus propres. Son montant passera de 400 à 500 euros par an dès l’année prochaine. Par Thierry Beaurepère.

Joe Dassin chantait en 1972 “DansParis, à vélo, on dépasse les autos”. Presque 50 ans plus tard, on se promène toujours sur les grands boulevards à bicyclette durant le week-end ; mais on va aussi au boulot en deux roues… Le phénomène n’est pas nouveau. Depuis déjà plusieurs années, les initiatives éco-responsables se multiplient et les modes de transport évoluent, laissant doucement la place à des mobilités plus propres. Dans les villes, les voitures doivent partager l’espace avec les vélos, et désormais les trottinettes. Et boostées parle Plan National Vélo mis en place par le gouvernement en 2018, les pistes cyclables s’allongent. Mais la crise de la Covid 19 a encore accéléré le mouvement. Ainsi, le décret d’application encadrant la mise en place du “forfait mobilités durables” (FMD) pour lç secteur privé, prévu dans la loi d’orientation des mobilités de 2019 visant à favoriser la transition écologique, a été publié le 10 mai, à la sortie du confinement. Objectif : permettre aux entreprises d’encourager leurs salariés à utiliser des transports plus vertueux, notamment le vélo ou le covoiturage. “Aujourd’hui, -la voiture personnélle reste le moyen de transport utilisé paf la majorité des Français qui se rendent au travail, même pour les trajets de moins dé 1 km. J’appelle tous les employeurs à mettre en place ce forfait rapidement, pour permettre à des- millions de Français de franchir le pas vers des mobilités propres”, rappelait le ministère de la Transition Écologique, à cette occasion.

Comme souvent, cette transition passe par une carotte. Le FMD permet aux entreprises de prendre en charge les déplacements “propres” domicile-travail alter: natifs à la voiture individuelle, à travers le versement d’une aide au salarié allant jusqu’à’400 euros par an, et même 500 euros dans quelques semaines. Les députés ont en effet voté un amendement au projet de loi de finances de 2021, relevant le plafond dès le 1“ janvier. Un montant que les spé cialistes jugent néanmoins insuffisant pour créer un vrai électro-choc, estimant qu’il faudrait qu’il atteigne 1 500 euros. Ce forfait remplace l’indemnité kilométrique vélo, qui avait été mise en place en 2016. Le choix des transports pour en bénéficier est large : le vélo (classique ou électrique), mais aussi les engins de déplacement personnels (motorisés ou non) proposés en location ou en libre-service (free- floating), comme les scooters” ou trottinettes électriques, ainsi que le covoiturage.

 

 

EFFERVESCENCE DE L’UNIVERS VÉLO

Le FMD est exonéré d’impôt et de cotisations sociales. Il peut être cumulé avec la participation à l’abonnement de transport en commun ou la prise en charge des frais de carburant. Mais dans ce cas, l’avantage fiscal résultant des deux aides est plafonné à 500 euros par an. L’employeur peut verser directement le FMD sur le bulletin de salaire ou recourir à un titre-mobilité dématérialisé fonctionnant sur le modèle des tickets-restaurants. Il permet au salarié de payer son carburant, les frais de recharge électrique ou liés au covoiturage, ou encore les dépenses d’entretien de son vélo. Le leader des tickets restaurants Edenred et Sodexo affinent leurs offres, plusieurs fintechs aussi comme Swile (ex-Lunchr), Skipr ou Betterway. Reste à convaincre les entreprises de jouer le jeu car le FMD est facultatif. Sa mise en oeuvre peut se faire soit dans le cadre d’un accord d’entreprise ou de branche, soit par décision de l’employeur après consultation du comité social économique. Par ailleurs, la prise en charge est collective : une fois décrétée, tous les salariés doivent pouvoir en bénéficier. Ils doivent simplement fournir chaque année un justificatif de paiement ou une attestation sur l’honneur. Cette politique vers des déplacements éco-responsables contribuent à l’émergence d’un nouvel écosystème. Tous les loueurs (Europcar, Hertz, Avis, Sixt, National…) développent des solutions d’autopartage propres aux entreprises (avec notamment des voitures électriques) qui peuvent remplacer les coûteux véhicules de fonction. Même effervescence dans l’univers du vélo, avec l’apparition de start-up comme Nobelity ou Tim Sports. Elles proposent différentes formules pour accompagner les entreprises dans leur stratégie de mobilité : mise à disposition en free floating (libre-service) de vélos à assistance électrique et gestion de la flotte, ou vélos de fonction dont le coût est pris en charge par l’employeur, avec dans chaque cas une réduction d’impôts à hauteur de 25 % de l’investissement. “La mise en service d’une flotte permet de donner goût au vélo. Ensuite, les entreprises nous demandent beaucoup de vélos de fonction, qui peuvent être utilisés à titre professionnel ou privé. Cela permet de fidéliser les salariés”, témoigne Jérôme Blanc, fondateur de Tim Sports. La jeune société, qui compte la banque Morgan Stanley ou le réseau immobilier Guy Hoquet parmi ses clients, vient aussi de lancer un service pour accompagner les entreprises dans la mise en place du FMD. Voilà qui devrait inciter les plus frileuses à franchir le pas, et accélérer la transition vers les mobilités douces. La “vélorution” est en marche.

 

Catégories
La Tim dans les medias

Jérôme Blanc dans le Magazine Esprit du Sport du club Lagardère Paris Racing

Découvrez l’interview de Jérôme Blanc, co-fondateur de TIM Sports dans le Magazine Esprit du Sport du club Lagardère Paris Racing sur son parcours et les valeurs du sports !

Catégories
La Tim dans les medias

Tim Sport dans Le Figaro : Ça roule pour le vélo de fonction !

Par Frédéric De Monicault

Avec la crise sanitaire, la bicyclette a la faveur des entreprises.

Seraphin.legal, un éditeur de logiciels qui emploie 30 personnes, s’est mis au vélo de fonction en octobre. «Le respect de l’environnement est un engagement que nous prenons auprès de nos clients et de nos collaborateurs, souligne Thomas Saint-Aubin, cofondateur de l’entreprise. Après le confinement, il nous a paru essentiel de protéger notre équipe de l’effet cluster et de l’angoisse des transports en commun tout en leur proposant une alternative respectueuse de l’environnement.»

Pour le cabinet de conseil financier Oderis, la politique affichée de bien-être des salariés a précipité le choix des vélos de fonction. «Nous sommes ainsi en mesure de faciliter la vie des équipes en limitant l’impact sur leur budget grâce à la prise en charge par l’employeur», témoigne l’associé Jérôme Piediscalzi.

Modèles électriques

«Au début, à écouter les donneurs d’ordres, tous leurs salariés seraient des coureurs cyclistes en puissance, préférant opter pour un vélo “musculaire”, sourit Jérôme Blanc fondateur de Tim Sports, qui équipe une trentaine d’entreprises à Paris et dans les grandes villes. Finalement à la fin, nous écoulons à plus de 90 % des modèles électriques Selon le modèle de bicyclette – plus ou moins ergonomique -, le tarif de location oscille entre 50 et 120 euros par mois. La prestation prévoit la fourniture d’un casque, d’un cadenas, une assurance casse et vol, une assistance rapatriement et une assistance maintenance régulière des vélos.

Trois critères rentrent en ligne de compte pour constituer une flotte. D’une part, le type de vélo (plus de 200 références dans le catalogue Tim Sports). D’autre part, le budget du salarié – qui acquitte 30 % de la location mensuelle, pour ne pas tomber sous le coup d’un avantage en nature. Enfin, le budget maximum déterminé par l’entreprise. Celle-ci bénéficie aussi d’une réduction d’impôt de 25 % sur les frais de la location pour une durée minimum de 36 mois.

Jouer sur le levier écologique est un bon argument : le nombre de pistes cyclables se développe

Encadré par la loi LOM de décembre 2019 sur les nouvelles mobilités, le marché du vélo de fonction en France est très récent. Les deux pionniers, Tim Sports et Zenride, ont été rejoints par une demi-douzaine de sociétés. La clientèle est constituée en quasi-totalité d’entreprises de services parmi lesquelles plusieurs établissements financiers comme Morgan Stanley, La banque Lazard ou la Financière de l’Échiquier.

Les loueurs estiment que le vélo de fonction n’a rien d’une lubie pour bobos. «Par exemple, nous avons un client dans le BTP, Senergy’t, basé à Montreuil», précise Jérôme Blanc. Leur principal défi reste de séduire les grandes entreprises où les circuits de décision sont plus longs. Jouer sur le levier écologique est un bon argument: le nombre de pistes cyclables se développe.

Catégories
La Tim dans les medias

TIM Sports sur France Bleu : le vélo en entreprise

TIM Sports sur les ondes ! Retrouvez l’interview de Jérôme Blanc sur la radio France Bleu dans la relance éco en Île-de-France :

Suite au nouveau confinement les entreprises cherchent des alternatives aux transports en commun.

Le service TIM Mobilité de location longue durée de vélos (flotte de vélos et vélos de fonction) est fait pour protéger les salariés lors de leur retour sur le lieu de travail.

Il s’agit d’un service sur-mesure pour les entreprises centré sur la sécurité des salariés. En plus de la mise à disposition du vélo, le salarié dispose d’un casque, d’un cadenas, d’une assurance casse et vol 7j/24h, une assistance rapatriement, un marquage du vélo Paravol, des entretiens réguliers et une formation sécurité routière avec la FUB.

Afin de conserver la productivité des salariés la livraison et les entretiens des vélos sont réalisés directement sur le lieu de travail.

A la fin de la location, les vélos sont offerts à des associations caritatives du choix de l’entreprise afin d’offrir une deuxième vie au matériel et participer au développement de l’économie circulaire.

Catégories
La Tim dans les medias

Opinion | Vélo : où sont les stocks ?

Tribune d’Alain Atlani dans le journal Les Echos

La pandémie mondiale a fortement touché les industries. Dès le déconfinement, le vélo a bénéficié d’un engouement mondial auquel les professionnels n’étaient pas tout à fait préparés. En France, c’est la ruée dans les magasins. La tendance vélo ne cesse de prendre de l’ampleur, mais un véritable problème freine ce développement : celui des stocks.

La ruée vers le vélo a entraîné la pénurie des stocks…

Entre la crise du Covid-19 qui a immobilisé les usines du monde entier et l’explosion de la pratique du vélo post-confinement, les vendeurs de vélos ont fait face à une pénurie sans précédent. À Paris, certains magasins vendent deux à trois fois plus de vélos qu’habituellement et voient se dessiner de très longues files d’attente. Même constat sur le plan national, les ventes ont doublé, voire triplé selon les villes. Entre mai et juin 2020, les ventes ont progressé de 117 % par rapport à la même période l’an dernier (Source : Union Sport et Cycle). Le manque d’anticipation de cette demande inédite a rapidement conduit à une pénurie dans les stocks de vélos et accessoires.

La fabrication française consiste essentiellement en de l’assemblage de vélos. Nous sommes à 50 % tributaires des exportations de composantes des usines asiatiques, surtout chinoises (Source : CONEBI). Ces mêmes usines qui ont aussi été immobilisées pendant de nombreux mois. Bonnie Tu, présidente du constructeur Giant, a confirmé que les usines sont sous tension et que les approvisionnements seront restreints pendant encore un certain temps.

Alors certes, tout le monde n’achète pas son vélo neuf. Lancé à la fin du confinement en France, le “coup de pouce vélo” est une aide financière de 50 € dédiée aux deux-roues qui a motivé les Français à redonner un coup de neuf à leur ancien vélo.

Avec plus de 620 000 vélos réparés (Source : Ministère de Transition Écologique), les demandes de réparations n’en finissent plus et au vu des délais de livraison qui se rallongent, il est quasiment impossible de trouver certaines pièces indispensables à la réparation des vélos.

… mais la reprise de la production s’organise

Même s’ils ont été pris au dépourvu, les vendeurs de vélo comptent bien profiter de ce boom de l’industrie.

En 2019, 7,3 millions de vélos (mécaniques et électriques) ont été importés en Europe, cela prouve que les pays où sont installés les sièges sociaux importants de l’industrie vélo sont essentiels à l’approvisionnement au niveau mondial (Source : CONEBI).

Le pari du “Made in Europe” est alors engagé. Afin de ne plus dépendre des usines chinoises ou internationales, de nombreuses manufactures françaises rapatrient une partie de leur production sur notre territoire. Les usines identifient de plus en plus de fournisseurs européens.

On se tourne vers une production européenne, voire française, pour des raisons de délais de livraison, de savoir-faire et d’authenticité. En cette période particulière, nous avons aussi besoin de relancer l’économie sur le plan national : une véritable chance pour les PME françaises qui veulent se rapprocher de la demande et qui voient, ces temps-ci, leur production tourner à plein régime.

Aussi, les mesures européennes d’antidumping ont relancé les stocks européens. Les usines chinoises dépassées par la demande ne sont plus en mesure de fournir aussi rapidement et peu cher. Les mesures ont été mises en place pour maintenir l’activité des manufactures de cycles et répondre aux attentes de relocalisation des usines.

Les taxes antidumping appliquées varient entre 10 % et 70 % selon les besoins des entreprises concernant l’assemblage de leurs vélos (Source : ADEME). L’industrie produit, rien qu’en Europe, plus de 11 millions de vélos et génère des centaines de milliers d’emplois directs et indirects. On recense en France des sociétés telles que Cycleurope, O2 Feel ou encore Moustache Bikes. Il s’agit là d’une opportunité à saisir pour les fabricants français qui ne sont plus dans l’ombre de leurs concurrents asiatiques.

La demande est bien là, et il ne s’agit pas d’un phénomène éphémère, à en croire les déclarations d’intérêt des Français pour le VAE. En effet, 20 % des Français se disent susceptibles d’acquérir un VAE ce qui représente des millions de vélos à produire sur les prochaines années (Source : étude Shimano sur le marché FR).

Le vélo électrique suscite également beaucoup d’intérêt dans les entreprises. Alors que demander un vélo de fonction à son employeur devient de plus en plus commun, de nombreuses sociétés cherchent à fournir un service complet et durable allant de la gestion de flotte jusqu’à l’assurance des vélos. Motivées par les mesures incitatives prises par l’État, les entreprises incluent les vélos de fonction dans les forfaits mobilités durables proposés aux salariés.

Profitons de cette dynamique inédite pour participer à la relance économique, dans laquelle la transition vers une mobilité plus écologique a un rôle à jouer.

Catégories
La Tim dans les medias

TIM Sports sur Europe 1

TIM a participé à l’émission de Raphaëlle Duchemin, La France Bouge, sur la radio Europe 1.

Le co-fondateur, Alain Atlani, a été interviewé afin de présenter TIM et ses deux services (TIM Vestiaire et TIM Mobilité) sous le regard des deux coachs de l’émission : Guillaume Cairou et Olivier Mougenot.

Retrouver la vidéo ci-dessous:

Catégories
La Tim dans les medias

TIM Sports livre 45 vélos de fonction à Morgan Stanley

Morgan Stanley s’engage pour une mobilité durable en souscrivant à l’offre de mobilité urbaine de Tim Sports, TIM Mobilité, pour son bureau parisien. 

TIM Sports – 45 vélos de fonctions pour la mobilité des salariés de Morgan Stanley

Cette initiative s’inscrit dans la volonté du groupe Morgan Stanley de proposer à ses collaborateurs une solution alternative et durable aux transports en commun pour se rendre à leurs bureaux, et d’autre part dans une démarche citoyenne répondant aux initiatives de la ville de Paris et de l’État. Plus qu’une flotte de vélos mise à la disposition de l’entreprise, Morgan Stanley a fait le choix des vélos de fonction électriques, attitrés à chaque collaborateur. Comme pour une voiture de fonction, le salarié peut ainsi l’utiliser pour ses déplacements personnels.

Cette nouvelle solution de mobilité répond à une vraie attente des collaborateurs de la banque d’investissement à Paris puisque plus d’un tiers d’entre eux ont souhaité bénéficier de cette offre, dont la mise en place a été accélérée pour répondre aux contraintes imposées par le contexte actuel.

Grégory Fer, Executive Director de Morgan Stanley déclare : “La crise sanitaire liée au Covid-19 a confirmé la nécessité de repenser nos habitudes de déplacement et nous amène à modifier notre usage des moyens de transport. La solution mise en place correspond parfaitement à l’ambition de Morgan Stanley d’apporter une solution de transport innovante et durable à ses collaborateurs.

Tim Sports est une start-up française créée en novembre 2019, leader dans les solutions de location d’équipements sportifs et de vélos en entreprise. Son offre de mobilité urbaine clé en main et centrée sur la sécurité des salariés se compose d’une flotte de vélos classiques et électriques. L’ensemble des salariés de Morgan Stanley ont été équipé en vélos de la marque O2 Feel et de vélos connectés Cowboy, ainsi que d’un cadenas et d’un casque connecté de la marque française Cosmo Connected dirigée par Romain Afflelou. Les des vélos sont assurés contre le vol et la casse, accompagnée d’une assistance rapatriement.

L’offre TIM Mobilité propose à partir de 49,99€/mois TTC* la mise en place de flottes de vélos et vélos de fonction pour la mobilité des salariés. Les loyers sont pris en charge à 70% par l’entreprise et 30% par le salarié.

Pour la mise en place de vélos pour vos salariés au sein de votre entreprise, vous pouvez réduire du montant de votre impôt sur les sociétés les frais générés de la location, dans la limite de 25 % des frais engagés pour la location.

Pour en savoir plus sur TIM Mobilité : cliquez ici

*prix pour un engagement de 36 mois pour un vélo à assistance électrique.